L’ASSOCIATION

Contrechamps est une jeune association de programmation et d’éducation à l’image montée par six professionnels et passionnés, qui a pour but de promouvoir le cinéma et les images en mouvement en région parisienne, et plus particulièrement dans l’ouest parisien, en proposant un Week-end de cinéma annuel et festif, des projections hors de salles de cinéma, ainsi que des ateliers pratiques et théoriques pour tous.
Il nous semble plus que jamais nécessaire de proposer au public des images différentes de celles que l’on peut voir principalement à la télévision, et de l’accompagner dans cette découverte, car nous baignons aujourd’hui dans un flot d’images continuel, au risque de nous y noyer.

C’est pourquoi il nous tient à cœur de développer des séances et des ateliers de cinéma dans les villes et villages dépourvus de cinéma, ainsi qu’à destination des publics empêchés. Le cinéma est un art populaire et festif, il serait donc logique qu’il soit accessible à tous, ce qui n’est pas toujours le cas dans notre région, car les salles de cinéma sont relativement peu nombreuses, la place de cinéma est de plus en plus chère, et le panel de films proposé est de plus en plus resserré sur les grosses productions. Notre objectif n’est donc pas de faire concurrence aux salles existantes, mais d’être complémentaire.

Notre équipe est constituée de professionnels du cinéma : réalisateur, projectionniste, programmatrice, critique… Nous avons l’habitude de transmettre notre savoir en allant au-devant du public, qu’il s’agisse d’enfants ou d’adultes, en programmant et en animant des séances de ciné-club, des ateliers, et en animant des séances de formation pour les professeurs des écoles, collèges et lycées. Nous intervenons aussi en centres de loisirs, en écoles, en bibliothèques et dans toute structure désireuse de faire venir le cinéma dans ses murs.


 Cécile Giraud-Babouche

Cécile est la fondatrice et coordinatrice de l’association. De 1998 à 2005 elle suit des études cinématographiques à l’université Paris 3, tout en connaissant ses premières expériences professionnelles : elle écrit pour des revues en ligne et papier spécialisées telles que Bref, le magazine du court métrage, Cinéastes, CinémAction, Objectif-cinema.com…, travaille pour un distributeur et éditeur DVD, devient sélectionneuse pour la Semaine de la Critique du festival de Cannes, participe à des jurys, anime des séances… En 2007 elle fonde une librairie spécialisée en cinéma et images actuelles avant d’emménager à Vaux sur seine en 2010. Elle fonde l’association Contrechamps en 2011 afin de transmettre ses connaissances et sa passion. Depuis 2014 elle est chargée de projets au sein de l’association Images en bibliothèques, qui coordonne notamment Le Mois du film documentaire au niveau national.


Cédric Babouche

Cédric est également le cofondateur de l’association Contrechamps. Il a suivi la formation de dessinateur concepteur, option animation à l’école Emile Cohl et réalise son premier film d’animation, La Routine, en 2003. Il devient professeur de bande-dessinée puis d’animation et compositing à Emile Cohl à Lyon et à l’école Geogres Mélies à Orly, et réalise son deuxième court-métrage, Imago, qui sera sélectionné et primé dans plus de 130 festivals. Durant 2 ans, il est en charge de la direction artistique et la réalisation française du dernier film d’animation de Rintaro (Metropomis, Astroboy…), sorti en 2009. Depuis l’été 2007, il devient associé et directeur artistique de la société DANDELOOO pour laquelle il développe des projets de séries et longs métrages. Parmi eux, Chico Chica Boumba, Little Houdini, Moutcho & Pitrouille, entre autres en série ainsi que Light Fields et Travel to Mama en long métrage. Dernièrement, il a pu mettre ses talents d’illustrateur pour la BD Le chant du cygne aux éditions du Lombard et Tout ou rien pour enfants en collaboration avec Maureen Dor.


Florence Guillaume

Florence rejoint l’association Contrechamps en septembre 2014. Animatrice et programmatrice jeune public dans un cinéma d’art et essai, elle est passionnée de cinéma depuis toute petite. Diplômée en «Patrimoine cinématographique» et en «Développement culturel», elle est par ailleurs titulaire du CAP projectionniste. Deux aspects de l’éducation à l’image l’intéressent particulièrement : d’une part la sensibilisation du public à l’histoire des techniques cinématographiques et aux conditions de diffusion des oeuvres, et d’autre part, l’accessibilité du cinéma à tous les publics, notamment les personnes en situation de handicap. Avant son poste actuel, elle a travaillé en tant qu’animatrice cinéma pour La ligue de l’enseignement et pour l’association Ciné-ma différence, auprès de laquelle elle reste engagée en tant que bénévole depuis plusieurs années. Dans son temps libre, elle réalise des courts-métrages.


Mireille Le Ruyet

Après des études en communication et en développement culturel, Mireille a pu évoluer dans différentes structures : l’association Ecrans VO, la ligue de l’enseignement, le Forum des images, cinémas et centre culturel…. Tour à tour coordinatrice, animatrice, projectionniste et responsable de relations publiques, elle a été auparavant chargée de développement pour Contrechamps. Elle s’occupe aujourd’hui de l’association CinéMA 35, réseau de salles de cinéma en Ille-en-Vilaine.
Elle apprécie faire découvrir à tous les publics, toute la diversité, inventivité et bénéfices du cinéma, à travers sa passion pour les transmissions des savoirs. Pour elle, le cinéma peut trouver sa place en tout lieu, tout comme le défend Contrechamps.


Nicolas Chestier

Nicolas a suivi des études d’histoire à l’Université de Nanterre, puis sa passion du cinéma l’a amené à travailler pour des salles ; il est aujourd’hui projectionniste. Il a été par ailleurs formateur opérateur-projectionniste à l’AFOMAC. Il possède également une formation de technicien d’événements culturels afin d’assurer l’organisation et le bon déroulement de spectacles. Nicolas a aussi écrit pour le magazine du cinéma en ligne Excessif.


Maryline Poux

Maryline faisait de la contrebande de VHS au lycée avant de tomber sur un prof de photo qui lui a soufflé que c’était possible d’étudier le cinéma et d’en faire pourquoi pas, un métier ! Il lui a fallu quitter sa Normandie natale pour monter à la capitale, ses VHS en bandoulière.
Après des études parsemées de stages, elle a trouvé un vrai métier : assistante de production, pour voir les films fabriqués de A à Z. Puis d’expériences de cinéma en petits boulots, elle se réjouit de ce qu’elle fait : être passeuse d’images dans une salle de cinéma. Plus besoin de rembobiner :  le mélange graphique authentique , réalité poétique, métaphysique bricolée continue à l’impressionner.  Elle apprécie l’infinité des possibles qu’offre l’expérience de spectateur de cinéma et c’est pourquoi elle rejoint l’aventure Contrechamps !


Fabrice C.

Fabrice est le dilettante de la bande : c’est le seul de l’association à n’avoir aucun lien avec le cinéma dans sa formation ou dans ses anciennes activités professionnelles. C’est juste un amateur de cinéma aux goûts éclectiques, allant de la série B jusqu’à la  comédie romantique, en passant par les films d’animation. Il a rejoint l’association Contrechamps en 2016, pour transmettre au plus grand nombre sa passion du 7ème art.

Alexandra Hun

Dernière arrivée dans l’association en mars 2017, Alexandra est la nouvelle chargée de communication et de développement de Contrechamps.
Passionnée (elle aussi !) d’images fixes et animées, elle s’oriente tout d’abord vers un BTS photographie avant de changer de cap et de se diriger vers la médiation culturelle. Ses cinq années d’études supérieures à la Sorbonne-Nouvelle, à l’université de Nantes puis à l’EAC Paris ont eu pour fil rouge la valorisation culturelle des territoires autour du cinéma et la photographie. En parallèle de son cursus universitaire, elle a été coordinatrice du festival de courts-métrages étudiants Objectif Censier ou encore assistante de la déléguée générale de l’association socio-culturelle Cinéma pour tous. Elle a enfin fait un détour par le monde du livre en tant que chargée de développement d’une maison d’édition. Aujourd’hui, elle poursuit son aventure associative au sein de Contrechamps.