Le jury

Découvrez le jury des courts-métrage de cette année :

Stéphane André :

Autodidacte dans le domaine du cinéma amateur, Stephane André est enseignant en collège, où il anime depuis 8 ans des ateliers cinéma pour les ados. Cinéphile (ou cinéphage), il s’est intéressé aux différents métiers du cinéma dans l’idée de transmettre le plaisir de faire des films. Avec une nette préférence pour le cinéma indépendant, surtout dans ses formes les plus brutes, il travaille à éveiller les curiosités et les envies de ceux qui n’y ont pas accès.

Isabelle Bonete :

Responsable de communication et de la programmation culturelle dans une collectivité territoriale, Isabelle Bonete a un parcours professionnel atypique. Son baccalauréat en poche et passionnée par la langue de « Don Quijote de la Mancha », elle passe une licence d’espagnol à Strasbourg. Très vite, elle ressent l’envie d’entrer dans la vie active, d’être dans le concret. Elle se forme au métier d’assistante de direction et part travailler à Barcelone. De retour en France, elle se découvre une passion pour le théâtre et joue dans diverses troupes amateurs avant de passer le concours national supérieur d’art dramatique. Un beau rêve, une belle expérience mais une sélection impitoyable pour des postulantes comme elle ! Elle gagne en sagesse et se tourne tout naturellement vers la communication et la culture avec un goût tout particulier pour le cinéma hispanique.

Esther El Fassi :

Esther El Fassi est diplômée d’un master en Gestion de projets culturels à l’ICART Paris. Elle réalise depuis plusieurs années toute sorte d’événements artistiques : Arts de la scène, Arts visuels, Cinéma…Elle est chargée de projets culturels chez Femmes & Cinéma, association créée par deux productrices (Sandrine Pillon et Stéphanie Douet) qui a pour vocation de lutter contre toutes les formes de discriminations et sensibiliser à l’égalité femme-homme au moyen de l’éducation aux images.

Lucile Matahri :

Passionnée par le 7e art, Lucile Matahri a suivi des études de médiation de culturelle spécialité Cinéma, Audiovisuel et Photographie à la Sorbonne Nouvelle. Je découvre l’action culturelle au sein du Festival International du film d’animation de Paris ou encore avec le réalisateur Fred Soupa, mais c’est la conception de l’exposition Horriblement Humains sur les Freak Shows qui la persuade d’en faire son métier. Depuis 2 ans, elle est chargée du développement culturel et de billetterie pour l’Espace Maurice-Béjart où je participe à la programmation cinématographique et organise des actions à destination du jeune public.

Nadia Meflah :

Nadia Meflah travaille au coeur du cinéma depuis 1991. Auteure, critique, programmatrice, formatrice, conférencière. Elle travaille pour tous les publics, des personnes en situation de handicap aux professeurs, des écoles de cinéma aux maisons d’arrêt, des festivals aux salles de cinéma, des maisons de la culture aux foyers et médiathèques. Après avoir travaillé trois années à la Semaine de la Critique pour Cannes et différents festivals en tant que déléguée artistique, elle se consacre depuis quelques années à la transmission des cinématographies du Maghreb et du Moyen Orient, tout en étant chargée de programmation et développement pour des festivals en France comme à l’étranger. Elle a aussi créé des programmes sur les mémoires plurielles des immigrations pour le Musée national de l’histoire de l’immigration à Paris, et aux Etats Unis, pour la Columbia University à New-York et Grinnell College dans l’Iowa). Après avoir rédigé un mémoire de Master II sur le principe de cruauté dans le cinéma de Chaplin, elle poursuit son étude sur le cinéaste par l’édition d’un livre paru en 2008 aux éditions Philippe Rey, Chaplin et les femmes.

Auteure d’un documentaire sur Oum Kalthoum, la voix du Caire (Arte). Critique depuis près de vingt ans ( Objectif cinéma, Radio Libertaire, Benshi, Bande à Part). Consultante pour le CNC Aide au Cinéma du Monde.