Le jury

Composé d’adhérents de Contrechamps, de professionnels et de partenaires, le jury aura la délicate tâche de désigner le grand gagnant du « Prix du jury » de cette 8ème édition des Images Vagabondes.

7 courts-métrages ont été sélectionnés suite à l’appel à films lancé par Contrechamps il y a quelques mois. Le Prix du jury sera accompagné d’un Prix du public et d’un Prix du jury ado qui seront tous les trois remis le samedi 27 avril, à 20h, à l’Espace Maurice-Béjart de Verneuil-sur-Seine !


Francis Gavelle

Journaliste et critique de cinéma, Francis Gavelle produit et anime, depuis 1998, sur l’antenne de Radio Libertaire, le magazine culturel, “Longtemps, je me suis couché de bonne heure”, dédié aux livres, à la musique et au cinéma.
Par ailleurs, il participe, de 2001 à 2011, au comité de sélection “courts métrages” de la Semaine de Critique, et devient, en 2012, membre du Jury de la “Caméra d’or”.
Egalement membre du “Comité Animation” de l’Académie des César, il initie, en 2015, avec le soutien de l’AFCA et du Festival international du film d’animation d’Annecy, un prix distinguant un court et un long métrage français : le “Prix André-Martin”.
Enfin, il coréalise, en 2015, avec Claire Inguimberty, le court métrage d’animation, Cour de récré.

 

Quentin Lecocq

Quentin Lecocq (auteur, réalisateur), commence sa carrière professionnelle à Paris, en tant que chargé de post-production dans une agence de publicité. Très vite, il fait ses armes en écriture et en réalisation dans la pub.
Passionné de cinéma, il réalise en parallèle son premier court-métrage La force de l’âge, qui lui vaut 70 sélections en festivals et remporte 27 prix en France et à l’international (dont le Polar du Meilleur court-métrage au festival Polar de Cognac). Son second film, Dénominateur Commun, fait lui aussi un beau parcours, comprenant une sélection dans le célèbre festival de comédie de l’Alpe d’Huez en 2017. Sans mot dire, le troisième, est actuellement en festivals et a déjà remporté 31 prix, dont les prix du jury et du public lors du festival Les Images Vagabondes en 2018.
Ces trois films sont tous inscrits dans des genres bien différents, du thriller à la romance poétique, en passant par la comédie fantastique.
Il développe aujourd’hui un projet de long métrage avec le soutien de la région Hauts-de-France, tout en continuant de travailler dans la publicité.

 

Marta Bentkowski

Marta Bentkowski, danseuse contemporaine, depuis 25 ans enseigne la danse et l’aïkido au sein de l’association Accadra (Académie de danse et rencontre des arts) parallelement à un parcours de recherche, création et performance.
L’originalité de son approche du mouvement est fondée sur ce double parcours artiste contemporaine/artiste martiale. Elle est co-fondatrice de la compagnie En quarantaine, un projet artistique collectif et pluridusciplinaire.

 

Lucile Matahri

Passionnée par le 7e art, Lucile Matahri a suivi des études de médiation de culturelle spécialité Cinéma, Audiovisuel et Photographie à la Sorbonne Nouvelle. Elle découvre l’action culturelle au sein du Festival International du film d’animation de Paris ou encore avec le réalisateur Fred Soupa, mais c’est la conception de l’exposition Horriblement Humains sur les Freak Shows qui la persuade d’en faire son métier.
Elle est aujourd’hui chargée de développement culturel et de billetterie pour l’Espace Maurice-Béjart où elle participe à la programmation cinématographique et anime des ateliers depuis un peu plus d’un an.

 

Manon Bertucat

Après des études en histoire et en gestion des patrimoines architecturaux et artistiques menées entre l’Essonne, la Normandie et la Bretagne, Manon Bertucat s’installe dans les Yvelines pour occuper son premier poste aux affaires culturelles de Gargenville.
Curieuse et créative, elle s’intéresse à toutes les formes d’art, et plus particulièrement à l’artisanat et à la photographie qu’elle pratique pour son plaisir. Son goût pour les paysages, l’architecture, les couleurs et les images donne aux arts visuels une place importante dans sa vie. C’est donc tout naturellement qu’elle a accepté d’être membre du jury de courts-métrage après la sollicitation de l’association Contrechamps avec laquelle elle travaille depuis peu.